Blogue

Des visiteurs indésirables

Il y a un vieil adage qui dit : «Tous nos invités nous font plaisir, certains quand ils arrivent, les autres quand ils partent». Ceux dont je désire vous entretenir aujourd’hui seraient de la deuxième catégorie. Il s’agit des punaises de lit.

Ces petites bestioles, gros comme un pépin de pommes, se nourrissent de sang. Elles se cachent dans les oreillers, les matelas et les sommiers le jour et s’activent environ une heure avant la noirceur. Elles piquent tout en anesthésiant la peau de sa victime et ce n’est que quelques heures plus tard que l’on ressent leur piqûre. Normalement, elles ne transportent aucune maladie.

Ce fléau prend tellement d’ampleur que la Ville de Montréal, en mars dernier, a préparé un plan d’action régional de lutte contre les punaises de lit. En juin 2011, le Chapitre IV du Règlement sur la salubrité, l’entretien et la sécurité des logements fût modifié. En vertu de l’article 25.0.1 de ce règlement, tout gestionnaire de parasites qui procède à une extermination doit :

  1. exterminer les punaises dans l’appartement infecté ;
  2. effectuer une inspection préalable de tout le bâtiment ;
  3. dresser une déclaration quant au niveau d’infestation ; et
  4. faire parvenir la déclaration à l’administration municipale.

Ce règlement a essentiellement été élaboré pour les immeubles locatifs mais il n’existe aucune exception pour les immeubles en copropriété. Il est donc clair, aux termes du règlement, que dans un cas d’infestation, toutes les unités de copropriété devraient être inspectées, même dans un complexe de 350 condos. Par ailleurs, une majorité des inspecteurs de la Ville sont conscients de ce problème et du fardeau que cela pourrait entraîner pour les gestionnaires de parasites et les administrateurs de condos. En effet, une entreprise d’extermination nous a indiqué que dans plusieurs arrondissements, sans les nommer, on applique une norme, non officielle, qui prévoit seulement l’inspection des condos adjacents à celui infecté, ainsi que ceux se trouvant au-dessus et au-dessous de ceux-ci.

Pour enrayer une infestation, le secret est d’agir rapidement. Pour cette raison, il faut s’assurer que tous les copropriétaires soient avisés de leur obligation d’informer le syndicat ou son gestionnaire du fait qu’ils sont infestés et qu’un exterminateur a été contacté. Le syndicat ou son gestionnaire doit alors coordonner l’inspection avec l’exterminateur et les copropriétaires impliqués.

Restez aux aguets, on ne sait jamais…

One response to “Des visiteurs indésirables”

  1. Louise Poulin dit :

    Est-ce de la prévention uniquement ou si un condo vous à alerter?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *